Interview de Chris par Muse France !

Nous avons eu la chance et l’honneur de pouvoir interviewer Chris, voici le récit de notre interview !  C’est à la fois avec beaucoup d’appréhension et énormément d’excitation que notre admin retrouve Chris, prêt pour l’interview. Ce dernier est vraiment très accueillant et met notre admin très à l’aise dès le début de la conversation. 🙂

English version available below.
Nous commençons par lui parler de Simulation Theory. En trois mots, Chris nous décrit l’album comme : “édifiant, positif, et très 80s“.

Muse France : Nous connaissons maintenant 5 chansons du nouvel album, peux-tu nous décrire les autres ?

Chris : En vérité c’est très difficile à décrire, il y a plein d’influences différentes sur cet album mais je pense que le thème des années 80 est le fil conducteur qui lie toutes les chansons entre elles. Ce qu’on a essayé de faire et que je pense vous avez déjà remarqué, c’est de mélanger le thème des années 80s avec plein d’autres choses. Nous pensons que la force de cette période, c’est de prendre plein de choses différentes et de les mélanger, pour créer quelque chose à l’épreuve du temps comme c’était surtout le cas au cinéma. Donc oui, il y a pleins de styles sur cet album, il y a des choses qui sont plus électro et des choses qui sont plus rock, c’est un gros mélange. Il est possible qu’une autre chanson sorte avant que l’album ne soit dévoilé dans sa totalité.

Muse France : Quelle est ta chanson préférée de l’album, s’il y en a une ?

Chris : J’aime beaucoup Something Human. Je pense que c’est une très bonne chanson. Les paroles, sa nature acoustique font qu’elle ne sonne pas comme une chanson de Muse traditionnelle. De part son écriture, je pense que c’est une très bonne chanson. Il y a la chanson Algorithm qui ouvre l’album, je la trouve géniale.

Muse France : On a vraiment hâte ! Il y a des pistes bonus sur l’album, et notamment des versions acoustiques. Pensez vous les jouez sous leur forme acoustique ou faire un concert tout entier en acoustique ?

Chris : L’idée nous est passée par la tête, je suis pas certain qu’on en fasse tout un concert.

Muse France : Vous savez que les fans adoreraient ! *Chris rit*

Chris : Je sais, on en faisait souvent à l’époque en Amérique. La première fois qu’on à voyagé aux USA, toutes les radio voulaient qu’on fasse un set acoustique en live. On en a fait beaucoup. Je ne suis pas certain que ça fonctionnait très bien. Mais à l’époque on était jeune et on le ferait sûrement différemment aujourd’hui. On en discute pour la tournée de l’année prochaine. Je pense qu’il y aura une petite partie du concert dédié aux chansons acoustiques. Ce qui est bien dans cet album, c’est qu’il se prête beaucoup mieux à l’acoustique que les chansons de Showbiz ou d’Origin of Symmetry. Je ne pense pas que Plug in Baby passe bien en acoustique. Ça ne fonctionne juste pas *rire*. Concert acoustique lors de la promo de Showbiz en 1999C’est comme New Born, comment peut on la faire en acoustique? Ça ne fonctionne pas. Mais, si on regarde dans les derniers albums, je pense que l’on peux trouver des chansons qui passent bien. Donc, on va probablement intégrer ça aux setlists. Mais, faire une tournée acoustique tout entière je ne sais pas trop. Peut-être un jour quand je serai vieux ! *rire*.

Muse France : C’est une suggestion ahah *rire des deux*

Nous discutons ensuite un peu plus des concerts. Le groupe aura donc en novembre 8 albums à son actif. Nous demandons à Chris comment le groupe construit une setlist avec autant d’albums.

Il nous explique que ce n’est pas facile à faire. Quand le groupe avait uniquement 1 ou 2 Albums c’était assez évident, et qu’il fallait même ajouter des B sides à l’époque pour pouvoir atteindre les 2 heures de concerts demandées par les festivals. C’est à partir du quatrième album qu’il a fallu faire des choix dans la discographie :
« On pouvait faire la setlist parfaite et faire des changements autour. On a commencé à se creuser la tête, et à se dire : « Merde, comment on fait ?. Comment peut on ne pas mettre Plug In Baby dans la set ? Comment fait on ? ».

Il nous explique ensuite sa vision des choses et notamment pourquoi certaines nouvelles chansons ne restent pas longtemps dans les setlists. Selon lui, aujourd’hui les gens n’écoutent pas forcément les nouveaux albums en entier. Ils écoutent les chansons qui passent à la radio, les top tracks sur Spotify… Il a remarqué sur la tournée du Drones World Tour que tout le monde connaissait Psycho et que l’ambiance sur cette chanson était géniale, puis au moment de jouer un titre un peu moins connu comme Reapers, cette atmosphère redescendait.
Toutefois, il nuance, en précisant qu’évidemment les fans hardcores des premiers rangs connaissent tout mais que lui ayant une vue d’ensemble de la salle, se rend compte que certaines chansons suscitent moins d’engouement que d’autres quand on prend en compte l’intégralité de la salle.

Muse France : Donc, c’est important pour vous de jouer des chansons que toute la salle va connaître ?

Muse au Shepherd en 2017Chris : Non, pas nécessairement, mais quand on joue dans des arènes, des stades ou des festivals, on souhaite garder une certaine énergie pendant tout le concert. De manière générale, si on ressent qu’une de nos chansons fait chuter l’atmosphère, on s’interroge : « Peut-être que cette chanson n’est pas à la bonne place ou peut-être qu’on ne devrait pas la jouer et la remplacer par une autre ». Donc c’est très difficile parce que nous sommes vraiment connectés avec nos fans, surtout nos fans hardcores et on sait ce qu’ils veulent. Lors du concert by-request au Shepherd’s Bush Empire on savait ce que les gens choisiraient, il y a eu 1 ou 2 surprises, mais j’aurais pu deviner la setlist facilement, parce que j’avais vu sur Twitter et Instagram ce que les gens attendaient. 
Mais nous ne voulons oublier aucun fan et on essaye de prendre en compte l’opinion de tout le monde, bien que ce ne soit pas facile, afin de proposer ce qui nous semble être la meilleure solution pour garder une ambiance très énergique tout au long du concert. Du coup, nous avons fait ce concert au Shepherd, où c’était la première fois qu’on rejouait d’anciennes chansons. C’était vraiment l’un des concerts les plus amusants qu’on ait fait depuis des années et jouer des morceaux comme Easily… et bien…, quand je l’ai vu sur la setlist, je me suis dit « Je ne me souviens même pas de cette chanson ». Je ne pouvais littéralement pas m’en rappeler car nous ne l’avions jamais jouée en live. Je ne m’en souvenais pas, il a fallu que je la ré-écoute pour m’en souvenir.

En conclusion, le groupe souhaite vraiment n’oublier aucun de leur fans et prennent vraiment le temps de composer les setlists pour créer les meilleurs concerts possibles. Il ajoute : « Avec le nouvel album, il y aura effectivement 11 chansons supplémentaires pour choisir. Je ne sais pas, peut-être qu’on devra jouer des sets plus longs ».

Nous lui demandons ensuite si il y a des chansons qu’ils n’ont jamais jouées et que le groupe souhaiterait jouer. Il explique qu’au final, très peu de chansons n’ont jamais été jouées dans les albums et que beaucoup de B-sides ont aussi été jouées.

Chris : il y a certaines chansons comme Butterflies and Hurricanes par exemple, qui est ma préférée que je jouerais bien tous les soir avec plaisir. D’ailleurs, je crois que Butterflies & Hurricanes est revenue de temps en temps.

Muse France : Oui, oui, vous l’aviez jouée à Bercy en 2016.

Chris : oh oui c’est vrai ! Mais je pense qu’on fera plus de rotations dans les setlists et qu’elles seront plus longues.

Muse France : Pour terminer, aimerais-tu dire un petit mot pour tes fans français ?

Chris : Et bien, tu sais, la France a toujours été un endroit très spécial pour nous. La première fois que nous sommes venus, nous avons ressentis une connexion particulière avec les fans français, je ne comprends pas vraiment pourquoi ni comment cela s’est produit. C’était aussi la première fois que quelqu’un m’a demandé un autographe.

Muse France : Ah oui vraiment ?

1er concert parisien en 99' au New MorningChris : Oui…. *rires*. Quand on a fait notre premier concert en 1999 à Paris, c’était la première fois que l’on se sentait vraiment comme un groupe. Parce que tous les endroits où nous avions pu jouer avant, les gens s’en fichait. Et ensuite, nous sommes venus en France, et à Paris en particulier, où les fans semblaient nous aimer. Nous étions vraiment très surpris que tant de personnes viennent nous voir jouer. Je pense que depuis cette période, nous avons toujours eu cette connexion très spéciale avec le public français et ça a été une aventure incroyable depuis… vraiment ! *rires*

Il est maintenant temps de quitter Chris, il accepte de prendre une petite photo et nous lui offrons un petit paquet avec des cadeaux typiquement français : Petits macarons et thé français, Chris est content et rit en disant « ca tombe bien ! J’adore manger » !

 

English Version

We had the chance and the honor to interview Chris, here is the contents of our interview! It is with apprehension and a lot of excitement that our admin met Chris, ready for the interview. He was really welcoming and made our admin feel very comfortable from the outset of the conversation.

We started by talking about Simulation Theory. In three words, Chris described the album as: “uplifting, positive, and very 80s”.

Muse France : We currently know 5 songs from the new album, can you describe the others?
Chris : It’s really hard to describe really, there’s a lot of different influences on the album but I think that the 80s kind of anchors everything. What we tried to do and think I have already noticed is to mix the theme of the 80s with many other things. The 80s were really great, it was actually about taking things to different areas and putting them together to create something a little bit more timeless, particularly with the films, I think we did that a lot with films. There are a lot of styles on this album, there are things more electronic, there are stuff more rock, it’s a real mixed bag. There might possibly be one of the song that comes out before the album is out.

Muse France: What is your favorite song on the album, if there is one?
Chris: I really like Something Human, it’s a really great song, I think it’s really different you know. The lyrics, its acoustic nature make it does not sound like a traditional Muse song. It’s not what I would call a typical muse song at all. There’s also a song called « Algorithm » which is the first track on the album, I think it’s pretty awesome.

Muse France: We cannot wait! There are bonus tracks on the album, including acoustic versions. Do you think you will play them in their acoustic form or even do an entire gig in acoustic?
Chris: We definitely thought about it, I don’t know if we will do an acoustic gig.

Muse France: You know fans would love it! * Chris laughs *
Chris : When we first went to America, all of the radio stations wanted us to do acoustic sets to play live on radio and we did quite a lot of them in the early days and I don’t know…I don’t know if it really worked, but we were younger then and maybe the way that we would do it would be different now. We are talking about it for the next tour. I think there will be a small part of the concert dedicated to acoustic songs. To be honest, I think some of the music that we do now sound better to be performed in acoustic, not like the music we were doing during the Showbiz and Origin of Symmetry eras. I do not think Plug in Baby goes well in acoustics. It just does not work * laugh *. But, if we look into the latest albums, I think we can find songs that go well acoustically speaking. So, we’ll probably integrate that within the setlists. It’s something that we would like to incorporate within the live sets but wether we actually go and do a full unplugged tour, I don’t know.. Maybe one day, maybe when I’m old !
Muse France: It’s a suggestion ahah * Both of them laughted *

We then discussed a little bit more about the gigs. In November, the band will have 8 albums to their credit. We asked Chris how the band makes a setlist with so many albums.
He explains that it is not easy to do. When the band had only 1 or 2 albums it was quite obvious, and even had to add B sides at the time to be able to reach the 2 hours of concerts requested by the festivals. It was from the fourth album that they had to make choices in their discography:
“So it was like great we got 4 albums, we can pick the perfect setlist and make changes around. And then you go on for maths, and you’re just like “shit, we got to match” ? How do we not put Plug In Baby in the set ?”

He then explained his vision and especially why some new songs do not stay for a long time in the setlists. According to him, today people do not necessarily listen to new albums in full. They listen to the songs that go on the radio, the top tracks on Spotify … He noticed during the Drones World Tour that everyone knew Psycho and the atmosphere on this song was great, then when playing a title a little less known as Reapers, this atmosphere was coming down. However, he qualified his words, stating that obviously hardcore fans of the first rows know everything but having an overview of the venue, he realized that some songs arouse less enthusiasm than others when we take the entire audience in account.

Muse France: So, it’s important for you to play songs that the whole audience will know?
Chris: No, not necessarily, but when you play in arenas, stadiums or festivals, you want to keep some energy during the whole concert. Generally speaking, if we feel that one of our songs makes the atmosphere going down, we wonder: “Maybe this song is not in the right place or maybe we should not play it and replace it with another “. So it’s very difficult because we are really connected with our fans, especially our hardcore fans and we know what they want. During the by-request concert at the Shepherd’s Bush Empire we knew what people would choose, there were 1 or 2 surprises, but I could guess the setlist easily, because I had seen on Twitter and Instagram which songs people were waiting for. But we don’t want to forget any fan and we try to take into account the opinion of everyone, although it is not easy, to offer what seems to us to be the best solution to keep a very energetic atmosphere throughout of the concert. So, we did this concert at the Shepherd’s Bush Empire, where it was the first time we played old songs. It was really one of the funniest shows we’ve done in years and playing songs like Easily … well … when I saw it on the setlist, I thought, “I don’t even remember this song. I literally could not remember it because we had never played live. I had to listen to it to remember it.”

In conclusion, the group really wants to forget none of their fans and really take the time to compose the setlists to create the best gig possible. He added, With the new album, there will be 11 more songs to pick from. I don’t know, maybe we’ll have to play longer sets.

Then we ask him if there are some songs they have never played live and that the band would like to perform.
He explained that in the end, very few songs have never been played in albums and that many B-sides have also been played.
Chris: “There are some songs like Butterflies and Hurricanes for example, which is my favorite that I would play well every night with pleasure. By the way, I think Butterflies & Hurricanes came back from time to time.

Muse France: Yes, yes, you played it at Bercy in 2016.
Chris: oh yes that’s right! But I think we will do more rotations in the setlists and they will be longer.

Muse France: To finish, would you like to say a word for your French fans?
Chris: Well, you know, France has always been a very special place for us. The first time we came, we felt a special connection with French fans, I don’t really understand why or how it happened. It was also the first time someone asked me for an autograph.

Muse France: Oh really?
Chris:
Yes …. * Laughs *. When we did our first concert in 1999 in Paris, it was the first time that we really felt like a band. Because among all the places we played before, people did not care. And then we came to France, and to Paris in particular, where the fans seemed to love us. We were really surprised that so many people came to see us play. I think that, since that time, we have always had this very special connection with the French public and it has been an awesome journey … really! * Laughs *

Now it’s time to leave Chris, he agreed to take a picture and we offered him a small package with typical French gifts: Macaroons and French tea, Chris was happy and laughed saying “Good! I like food ” !

 

 

(3 commentaires)

    • Verónica on 2 novembre 2018 at 13 h 32 min
    • Répondre

    Thank you for the interview and the translation!!

    • Spiralia Statica on 2 novembre 2018 at 9 h 42 min
    • Répondre

    Géniale interview 🙂 Un grand merci à Chris si rarement présent dans les interviews et à Muse France 🙂
    Tout petit bémol : il y a pas mal de chansons jamais jouées en live que j’aime beaucoup et que j’aimerais bien entendre un jour : Con-science (une de mes préférées de Muse), Big freeze, Aftermath, Map of your head, Hyper chondriac music (j’adore…et puisqu’on parle d’acoustique…) etc…
    Merci d’avance à Muse s’ils peuvent en jouer une de temps à autre 🙂

    • Uzac on 1 novembre 2018 at 20 h 24 min
    • Répondre

    Vraiment merci Muse-france
    Ce petit reportage est bien vivifiant pour ceux qui n’ont pas vu MUSE depuis !!!!! Juillet 2016 pou ce qui me concerne Quant à mon avis sur l’acoustique 1 morceau ça passe encore mais pas plus s’ils ne veulent pas se saborder

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.